Réglementation européenne

Normes Europeennes pour l'equipement d'alpinisme et d'escalade

Beaucoup d’équipements de protection individuelle (EPI) utilisés pour l’escalade et le secours alpin, sont également utilisés pour protéger les personnes concernées par des travaux en hauteur, en causant des conflits de compétence parmi les normes émises par le Comité Européen de Normalisation.

Introduction
CEN/TC 160 - Comité technique pour les EPI contre les chutes de hauteur
CEN/TC 136 - Comité technique pour l'équipement d’alpinisme et d'escalade
EN 12275 - Équipements d’alpinisme et d'escalade : Connecteurs

Harnais, dispositifs d’ancrage, absorbeurs d’énergie, cordes, connecteurs/mousquetons, etc. sont essentiellement des composants et éléments de systèmes de sécurité dont le mauvais fonctionnement peut engendrer des « lésions graves et même fatales ».

Ils sont donc classés comme EPI de troisième catégorie de risque (voir Directive 89/686/CEE) et soumis à une réglementation particulièrement détaillée et sévère.

En réglementant ce domaine, la réglementation CEN fait une différence entre deux grands domaines d’utilisation :

Travail : confié au comité technique TC 160 ayant pour titre « Équipements de protection individuelle contre les chutes de hauteur ».

Loisir : confié au comité technique TC 136 ayant pour titre « Équipements d'alpinisme et d'escalade ».

Il existe de valables raisons pour considérer comme opportune cette distinction, même si son application n’est pas toujours simple.

Par exemple, rien ne peut empêcher que le même composant ou élément d’un système de sécurité soit utilisé dans l’un ou l’autre domaine. En plus, il est évident qu’un guide de montagne utilise ses outils pour des raisons tout à fait liées au travail.

Il en découle que beaucoup d’outils d’alpinisme doivent être conformes simultanément aux deux réglementations, même si celles-ci ne sont pas toujours cohérentes entre elles.

Un cas particulier est justement représenté par les connecteurs, qui peuvent être produits et commercialisés faisant référence aux deux normes CE EN 12275-(TC.136) et CE EN 362-(TC.160) seulement lorsqu’ils sont équipés en virole de blocage car la norme CE EN 362 n’admet que des connecteurs équipés en « blocage automatique ou manuel... qui peut être ouvert avec au moins deux mouvements consécutifs et intentionnels ».

Celle-ci ainsi que d’autres conflits constituent la raison pour laquelle depuis quelque temps dans le cadre CEN des rencontres ont lieu parmi ceux qui œuvrent dans les deux comités, afin de favoriser une action conjointe.

Ci-après on fournit les normes auxquelles les produits Kong font référence. La liste est accompagnée par une synthèse de la terminologie utilisée.

Pour évaluer la structure complexe de ces normes il est bien de ne pas oublier que la sécurité dérivée de chacun de ces EPI dépend d’une utilisation qui soit cohérente avec les techniques d’emploi pour lesquelles l’EPI a été conçu et certifié.

Voilà pourquoi les normes CEN donnent de l’importance au fait que les EPI sont vendus avec un emballage, un marquage et des instructions définis directement par le fabricant.

Il faut également tenir compte du fait que beaucoup de ces EPI sont utilisés avec d’autres pour créer un « système » dont la limite de résistance est représentée par le maillon le plus faible de la chaîne.

Cela explique la raison pourquoi dans le texte des normes est fréquente la distinction entre :

Élément : partie d’un composant ou sous-système ; cordes et connecteurs sont des exemples d’élément.

Composant : partie d’un système tel que vendu par le fabricant et équipé en emballage, marquage et instructions ; les supports pour le corps sont des exemples de composant.

Sous-système : ensemble d’éléments et/ou composants qui constituent une partie consistant d'un système tel que vendu par le fabricant et équipé en emballage, marquage et instructions ; les antichutes mobiles incluant un support d'assurage rigide sont des exemples de sous-système.

Il est évident que l’utilisation conforme aux instructions, et la combinaison avec d’autres composants de résistance proportionnée, soient des tâches pour lesquelles l’utilisateur doit faire recours à sa propre expérience ou à celle d’un instructeur ayant des compétences qui ne peuvent pas être improvisées de manière irresponsable.